Pour faciliter la prise de décision dans l’octroi de prêt, les banques et les organismes de crédit recourent de plus en plus au « credit scoring ». Cet outil permet d’évaluer le risque de non-remboursement en se basant sur des données qualitatives et quantitatives recueillies au préalable.

Qu’est-ce que le « credit scoring » ?

Mis au point il y a une vingtaine d’années, le « credit scoring » a été conçu pour aider les banques à trier les dossiers de demande de crédit à partir d’un canevas préétabli. Concrètement, il s’agit d’un questionnaire qui permet de définir le profil de l’emprunteur. Ce formulaire cherche à recueillir tous les renseignements le concernant, à savoir son état civil, sa situation matrimoniale, sa vie professionnelle, ses revenus, son patrimoine, etc.

Ces informations permettent à la banque de connaitre rapidement si son client fait partie des personnes à risques en matière de crédit. Le score obtenu par l’emprunteur à partir des renseignements du questionnaire va déterminer s’il est possible de lui accorder le crédit qu’il sollicite ou non.

Utilisation par les entreprises de prêt du « credit scoring »

La principale préoccupation d’un organisme de crédit est de savoir si son client est en mesure de rembourser ses mensualités. Il lui faut par conséquent éviter d’octroyer un prêt à une personne qui risque de ne pas honorer les échéances en établissant le profil des emprunteurs défaillants. Pour cela, il utilise des statistiques qui lui sont propres (cas des grandes banques et importantes institutions financières) ou il achète des bases de données auprès d’entreprises spécialisées (cas des petites banques).

La banque dresse par la suite un questionnaire où figurent tous les renseignements susceptibles de déterminer le profil de l’emprunteur, en octroyant des points différents pour chaque réponse. Même si le principe de base est identique, chaque type de crédit possède souvent un questionnaire ainsi qu’une notation qui lui sont propres. L’emprunteur reçoit une note à chacune de ses réponses. Il suffit au banquier de calculer le score total de son client pour déterminer si celui-ci fait partie des personnes à risque en matière de crédit ou non afin d’envisager de lui accorder ou lui refuser le prêt.

Contactez-nous :