Demander un crédit afin de financer divers produits et activités tels qu’une automobile, qu’un mariage ou qu’un voyage  est une pratique assez courante dans notre société actuelle. Beaucoup de personnes se voient obtenir un prêt mais peu d’entre elles savent qu’il est nécessaire de souscrire une assurance pour  garantir l’emprunt.

Mise en lumière sur ce concept souvent mal compris par les emprunteurs à cause des frais supplémentaires qu’il engendre.

Pourquoi est-il nécessaire de prévoir une assurance lors d’un contrat de crédit ?

L’assurance est une garantie pour les héritiers ou pour les proches de l’emprunteur en cas de décès ou d’invalidité chez ce dernier. Ainsi, aucune personne ne sera dans l’obligation de rembourser le prêt s’il arrive malheur au responsable du paiement.

Par ailleurs, grâce à l’assurance « solde restant dû », la banque octroyant l’emprunt est protégée lorsqu’un remboursement n’est pas effectué. Dès lors, si jamais il est impossible pour quelqu’un de régler totalement un crédit, l’intermédiaire financier est protégé en cas de défaut.

L’assurance est-elle un contrat distinct du crédit ?

Les sociétés gérant les assurances et celles octroyant les crédits constituent deux ensembles d’entreprises différentes et indépendantes. Par conséquent, le contrat attestant l’obtention d’un prêt et le celui certifiant l’ajout de l’assurance sont deux accords complètement séparés.

Est-il possible de souscrire un contrat de crédit sans assurance ?

Il est à noter que l’assurance est facultative et qu’aucune obligation légale ne vous contraint à accepter ces frais supplémentaires. En revanche, les banques recherchent toutes cette garantie et il vous sera donc difficile de passer outre cette mesure si vous souhaitez acquérir un prêt.

Comment est calculé le coût de l’assurance ?

Bien évidemment, le prix de l’assurance varie selon le capital emprunté. D’autres facteurs sont également pris en compte lors de la détermination du montant de cette garantie. Parmi  les plus importants, nous retrouvons l’âge ainsi l’état de santé de l’emprunteur.  Sans oublier la durée du contrat, jouant un rôle important dans le calcul final.

Comment la prime d’assurance est-elle payée ?

Deux possibilités s’offrent désormais à vous si vous optez pour l’ajout d’une assurance à votre crédit.

  • D’une part, ce paiement peut être effectué directement et au moyen d’un seul virement. Aucune somme n’est donc ôtée du coût initial du prêt.
  • D’autre part, si vous êtes dans l’incapacité de débourser un tel montant au moment venu, le coût sera alors décompté de la valeur originelle du prêt lors du transfert de l’argent sur votre compte.

Vous envisagez l’achat d’une maison ou de tout autre bien immobilier ? Vous allez donc souscrire un crédit hypothécaire. Vous avez mille fois raison. D’abord parce que les taux d’intérêts sur les crédits hypothécaires n’ont jamais été aussi bas mais surtout parce que les sauts d’index liés à l’inflation n’ont jamais été  aussi fréquents et aussi importants. Quelle incidence, allez-vous me dire ? L’indexation de votre loyer bien entendu.

A y regarder de près, le loyer que vous aviez accepté en 2008 finit par atteindre des montants importants alors que contracter un crédit hypothécaire à taux fixe, vous permet non seulement d’acquérir le bien immobilier mais surtout de payer un montant mensuel fixe jusqu’à l’acquisition définitive de votre maison. Faisons ensemble un rapide tour d’horizon des assurances qu’il est très recommandable de souscrire lors d’un crédit hypothécaire.

Assurance « perte de revenus »

En cas de perte de revenus ou d’emploi, les conséquences sur votre crédit hypothécaire en cours peuvent être dramatiques. Il existe des assurances qui peuvent vous prémunir contre ce risque. Ces assurances répondent à des conditions particulières et sont limitées dans le temps :  en général, 12 mois après la perte de votre emploi. Contactez-nous pour plus d’informations

Assurance « solde restant dû »

Indispensable en cas de décès pour protéger votre co-emprunteur ou vos héritiers. Ainsi dans l’hypothèse de co-emprunteurs, si la couverture concerne à 100 % la personne qui est décédée, l’assurance prend en charge l’intégralité du remboursement. Précisons que beaucoup de banques exigent la souscription préalable de cette assurance “solde restant dû” pour accepter votre demande.

Les assurances classiques

En Belgique, vous ne pourrez pas souscrire un crédit hypothécaire sans souscrire une assurance incendie. Quoi qu’il en soit, une fois votre bien immobilier remboursé, il est indispensable de rester assuré contre les risques qui pourraient affecter votre maison.

D’autres polices d’assurances sont vivement conseillées : assurance contre le vol du mobilier, assurance contre les dégâts des eaux et les catastrophes naturelles par exemple, etc.

Les beaux jours sont enfin de retour et vous allez pourvoir à nouveau profiter de votre moto. Compte tenu d’une météo capricieuse, vous vous demandez sans doute s’il existe pour les motos une compagnie d’assurance qui calculerait sa prime au kilomètre comme c’est le cas pour certaines compagnies d’assurances en ce qui concerne les voitures.

C’est vrai que la question de l’assurance au kilomètre semble encore plus opportune pour les motards que pour les automobilistes.

Le point rapide sur cette question.

Assurance moto au kilomètre

L’assurance moto au kilomètre n’est pas un produit qui est pratiqué par de nombreuses compagnies d’assurances. En tout cas, elles ne mettent pas cette formule d’assurance en évidence pour les motards. La raison en est double. D’une part, il y a beaucoup moins de motards que d’automobilistes et ensuite, les primes d’assurances moto sont bien moins couteuses que les primes d’assurances voiture. Enfin, la demande pour ce type de formule est encore aujourd’hui assez marginale.

Il n’en demeure pas moins vrai que l’assurance moto au kilomètre a du sens et que vous pouvez sans aucun doute formuler pareille demande auprès de votre courtier qui devrait certainement pouvoir répondre positivement à cette question.

Comment l’assurance au kilomètre fonctionne-t-elle ?

L’assurance moto fonctionne comme l’assurance auto. L’assuré déclare le nombre de kilomètres qu’il fera au maximum sur la période assurée. C’est un rapport de confiance qui se crée entre l’assureur et l’assuré. Y a-t-il un contrôle ? En fait, non, les compagnies d’assurances ne peuvent pas contrôler le nombre de kilomètres que vous faites sur la période assurée et à vrai dire, elles n’y trouveraient guère d’intérêts. C’est au moment de la déclaration d’un sinistre que votre compagnie va vous demander le kilométrage de votre véhicule et pourra s’interroger sur la pertinence de votre déclaration préalable lors de la souscription de l’assurance.

Notons que beaucoup de compagnies d’assurance proposent une réduction de votre prime d’assurance dès que vous roulez moins de 15.000 ou même 10.000 kms par ans. Par contre, très peu de compagnie propose la véritable assurance au kilomètre, c’est-à-dire celle qui même sous les 10.000 kms réduisent encore votre prime en fonction de votre kilométrage réel. Soyez donc attentifs à cette nuance et posez bien cette question au moment de la souscription de votre assurance.

Assurance auto-moto : la formule classique

Toutes les compagnies d’assurances vous proposeront une réduction importante du montant de votre prime d’assurance moto dès que vous souscrivez également un contrat d’assurances auto dans la même compagnie. Les réductions sur la prime d’assurance moto peuvent aller jusqu’à 60 % du montant de la prime ordinaire. Certaines compagnies vous proposent même une double réduction : tant sur la prime auto que sur la prime moto. Il n’est pas rare d’obtenir une réduction de 50 % sur la prime moto et de 15 % sur la prime auto. Dans ce cas, vous pouvez toujours négocier avec votre courtier une réduction plus importante en fonction du peu de kilomètres que vous parcourez en voiture ou en moto. En bref, tout est une question de négociations ! Bonne chance !

Il y a délit de fuite lorsqu’un conducteur ne s’arrête pas alors qu’il vient de provoquer un accident de la circulation. Qu’il soit responsable ou non, cet individu doit, d’après la loi, remplir le formulaire de constat européen d’accident avec la partie adverse.

Le fait que l’auteur de l’accident ait pris la fuite crée la confusion, non seulement pour établir les constats et déterminer les responsabilités, mais surtout au niveau des indemnisations ultérieures, notamment s’il est introuvable.

Les actions à entreprendre en cas d’accident avec délit de fuite

Si vous êtes victime d’un accident avec délit de fuite, il faut prévenir immédiatement la police afin qu’elle établisse un procès-verbal de constat. Si des témoins ont assisté à l’accident, leur témoignage doit être entendu par la police pour déterminer avec davantage de certitude les responsabilités.

Et du point de vue de l’assurance ?

Si vous avez souscrit à une assurance responsabilité civile (RC), la réparation de votre carrosserie vous revient puisque ce type d’assurance prend en charge uniquement les dommages sur les véhicules des autres victimes de l’accident. Si l’auteur de l’accident est retrouvé ou se livre à la police, vous pouvez lui réclamer une indemnisation. Le fait de souscrire une assurance Protection juridique vous permet de recevoir une assistance dans ces démarches. Celle-ci prend également en charge les honoraires et les frais de justice.

Si vous avez souscrit une Omnium complète, les réparations entreprises sur votre véhicule seront couvertes par l’assurance. Sinon, vous pouvez toujours vous tourner vers le Fonds Commun de Garantie Belge (FCBG) pour solliciter une indemnisation si vous êtes grièvement blessé dans cet accident et si le conducteur en faute est introuvable.

La compagnie d’assurances doit être informée par lettre avec accusé de réception de votre décision de mettre fin au contrat d’assurance. La législation belge prévoit 5 circonstances où il est possible de rompre son contrat d’assurance auto. À chacune d’elle correspond un délai précis qu’il importe de bien respecter. Quel est le délai de résiliation d’une assurance auto ?

À l’arrivée à terme du contrat d’assurance

Il est possible de ne plus renouveler votre contrat d’assurance auto lorsqu’il arrive à échéance. Vous devez tout simplement envoyer votre lettre de résiliation au minimum 3 mois avant cette date d’anniversaire. Si vous avez déjà trouvé un nouvel assureur, il pourra se charger de cette formalité.

Résiliation après un sinistre ou un accident

Si vous n’êtes pas satisfait du traitement de votre dossier par votre compagnie d’assurances lors d’un accident, vous pouvez rompre votre contrat avec elle. Pour ce faire, il suffit d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai d’un mois maximum après l’indemnisation ou son refus de payer.

Et si la compagnie d’assurance augmentait son tarif ?

Si la compagnie modifie ses conditions générales d’assurance ou augmente ses tarifs, vous avez 1 mois au plus à partir de la réception du courrier annonçant ce changement pour résilier votre contrat.

Et en cas de diminution du risque d’avoir un accident ?

Vous changez de voiture et votre nouveau véhicule est sensiblement moins puissant que le précédent ? Vous déménagez et vous parcourez moins de kilomètres pour vous rendre au travail ou pour vos déplacements professionnels ? Dès que le risque d’avoir un accident se trouve réduit, il est possible de demander à votre assureur de revoir vos primes.

Si ce dernier refuse de baisser celles-ci, vous pouvez rompre votre contrat d’assurance en lui envoyant une lettre recommandée. La résiliation sera effective 30 jours après réception de ce courrier.

Résiliation après signature du contrat d’assurance

La législation belge prévoit également un délai de 14 jours de rétractation après la signature d’un contrat d’assurance automobile. Cela signifie que vous pouvez demander l’annulation de ce contrat durant ce délai légal.

Vous envisagez de contracter un crédit ou un prêt : que ce soit un prêt à tempérament ou un crédit hypothécaire.

Vous êtes un peu soucieux car comme tout le monde, vous ne savez pas ce que l’avenir vous réserve et vous voudriez être certain de pouvoir rembourser votre crédit jusqu’à l’échéance.

Savez-vous que vous pouvez assortir votre prêt d’une assurance dont la prime est modeste et qui pourra vous garder des aléas financiers pendant toute la durée de vie de votre crédit ?

Quelques mots d’explication…

Pourquoi contracter une assurance ?

Sans vouloir jouer sur la situation économique qui frappe l’Europe ou la Belgique, force est de constater que ces derniers temps, il ne se passe plus une semaine sans que les médias nous annoncent une restructuration d’entreprise, synonyme de pertes d’emploi. Cela peut malheureusement arriver à tout le monde.

Parfois également vous empruntez avec votre conjoint ou une tierce personne et un décès inopiné vient mettre votre capacité de remboursement sérieusement en péril.

Les conséquences d’un défaut de paiement et d’une dénonciation peuvent être particulièrement stigmatisantes.

Quels types de police d’assurance ?

Rassurez-vous, vous n’êtes pas dépourvus de moyens pour pallier à ce genre de difficultés. Les assurances qui pourront vous être utile sont en général de deux types : l’assurance perte d’emploi etl’assurance solde restant dû.

Quelles conditions ?

L’assurance perte d’emploi

  • Avoir 21 ans au moins ;
  • Délai d’attente de 6 mois après la souscription du contrat de crédit ;
  • Etre dans les liens d’un contrat à durée indéterminée ;
  • Avoir terminé votre période d’essai d’un mois 3 mois ;
  • Pouvoir prétendre aux allocations de chômage.

L’assurance solde restant dû

Vous devez répondre à un questionnaire qui permettra à votre assureur de mesurer les risques inhérents à votre dossier. Parfois également, vous devez vous soumettre à un examen médical.

Cette assurance protège vos héritiers et votre coemprunteur en cas de décès.

Facultatif ou obligatoire ?

La conclusion d’un contrat d’assurance est toujours facultative. Cependant, certaines banques refuseront de vous accorder un crédit si vous ne souscrivez pas une police d’assurance solde restant dû. Dans ce cas, vous renoncez à votre crédit.

Dormez tranquilles

Le coût de ces assurances n’est pas élevé. Discutez avec votre courtier du montant de la prime. En général, cette prime est payée en une seule fois et son montant est déduit du montant du crédit qui vous est accordé.

La tranquillité a évidemment un coût mais rien ne vaut la tranquillité.